L'évacuation de la population :

 

Le 1er septembre 1939, l'ordre d'évacuer Langensoultzbach est donné.

Les familles se regroupent, attellent chevaux ou vaches, entassent les vivres et les personnes sur les chariots et partent sur la route de Nehwiller.
Après la première nuit passée à Gumbrechtshoffen ou Reichshoffen, ceux qui possèdent des attelages avec chevaux partent à Marey dans les Vosges. D'autres montent dans les wagons qui les mènent en Haute-Vienne à Nantiat. Enfin, les autres rejoignent leur famille située en dehors de la zone d'évacuation.

En Haute-Vienne, les deux populations fraternisent rapidement malgré le patois limousin, le dialecte alsacien, le dépaysement…
Deux garçons trouvent leur épouse dans la ferme dans laquelle ils travaillent et ne retournent pas en Alsace.

Suite à la signature du traité de l'Armistice, le 22 juin 1940, les autorités allemandes invitent les alsaciens à rentrer dans leur village d'origine. Leur retour à Langensoultzbach se fait progressivement, et le travail d'annexion commence…

Les enfants sont rassemblés dans la Jeunesse Hitlérienne, le service national obligatoire est institué, les jeunes de 17 à 25 ans sont envoyés en Allemagne pour soutenir l'économie dans les usines, les fermes, les écoles, les commerces. Par crainte des désertions, les Alsaciens sont envoyés sur le front russe, les incorporés de force n'ont que 16, 17 ans.

La contre-offensive allemande en janvier 1945, entraîne un nouvel exode par crainte de représailles des autorités nazies.
De nombreux habitants trouvent refuge pour deux mois à Dossenheim sur Zinsel.

Langensoultzbach est définitivement libéré par les troupes américaines le 19 mars 1945. Les Allemands entaillent et minent les tilleuls plantés devant la place de l'église, mais les habitants alertent les Américains qui les font sauter sans dégâts.

© 2015 by  A.P.N. Langensoultzbach/DG-Création 12 juin 2015  ​

​​Association de Sauvegarde du Patrimoine de Langensoultzbach

 Tous droits réservés.

 

 

Nombre de visites